5 JUILLET 1962

Les nouvelles du monde berbere
(en dehors de la Kabylie)

Modérateur: mbibany

5 JUILLET 1962

Messagede Amirouche » Mar Juil 05, 2005 07:32

1962-2005

05 JUILLET 1962

Chronique d’une date pas comme les autres


*** En ce 5 juillet 1962, la mémoire collective de l’Algérie indépendante ne s’est pas contentée de retenir les scènes d’explosion de joie du peuple algérien fêtant la paix retrouvée et la liberté reconquise après plus de 130 ans d’occupation coloniale. Elle retiendra aussi ces images de milliers d’Européens quittant dans le désarroi et la précipitation une terre que leurs ancêtres conquirent par le fer et par le sang un siècle auparavant. Le drame est immense et n’a d’égal que les biens perdus à jamais par cette communauté. «Le cercueil ou la valise» tel était le seul choix qu’avait laissé l’Oas aux Européens en 1962.
** A partir de l’été 1961, une fois l’indépendance de l’Algérie devenue incontournable, l’Oas va alors multiplier les attentats contre les Algériens musulmans. Les affrontements directs avec les forces de l’ordre vont se multiplier. Une directive du général Salan ira même jusqu’à donner l’ordre de s’attaquer à l’armée française avant de pousser la population européenne dans la rue. Les assassinats, les attentats à la bombe ainsi que les actes de sabotage des infrastructures économique et culturelles feront peser une atmosphère de guerre civile sur les grandes villes du pays. Le sentiment d’insécurité va lourdement peser sur les deux communautés, européenne et algérienne. Après avoir interdit par la menace à tout Européen de quitter l’Algérie l’Oas change de tactique en adoptant la politique de la terre brûlée tout en ordonnant au mois de juin 1962 le départ général des populations européennes. Une situation qui fera écrire à Charles de Gaulle ce qui suit : «Le retour aurait pu et dû s’accomplir progressivement. Au reste, il était très indiqué et très souhaitable, dans leur propre intérêt et dans celui de notre pays, que beaucoup demeurent en Algérie. Mais pressés par l’Oas, presque tous les Français s’en vont et souvent dans une fuite paniquée». (Charles de Gaulle, Mémoires d’espoir, le renouveau 1958-1962).
** Au mois de juillet 1962, le mois choisi pour célébrer l’indépendance, ils étaient 121 000 Européens à avoir quitté l’Algérie. D’avril 1962 à décembre de la même année, 612 700 Européens quitteront le pays. Ainsi, en moins de neuf mois, 65% de la population européenne qui s’élevait à 1,021 million de personnes, dont 130 000 juifs, selon le recensement de 1960, auront quitté une terre colonisée plus de 130 ans durant.
----------------------------------------------------------------
** Le départ précipité des pieds-noirs ainsi que l’explosion de joie qui a régné pendant des jours ont fini par geler toutes les activités. «La vie administrative est entièrement paralysée ; les banques, les postes et les mairies sont fermés. Les bars ont fermé définitivement ; leur clientèle européenne est soit partie, soit cloîtrée chez elle. Les cafetiers ont peur des nouvelles autorités, car pour elles, l’indépendance a été conquise aussi au nom de l’islam. Les malheureux clochards algériens se saoulent en cachette avec du Zambrito.»
*** Mais en attendant que le pays se remette au travail, dans le camp des perdants, il n’y avait pas que les Européens. Pas moins de 260 000 Algériens supplétifs de l’armée française dont des harkis vont vivre un double rejet. Charles de Gaulle, alors président de la République française et artisan du processus de décolonisation avec le Fln, va interdire à l’armée française de rapatrier ses supplétifs algériens. De l’autre côté, les dures années de guerre et le rôle joué par les harkis dans la répression des populations ne pouvait permettre une insertion rapide de ces derniers dans la société. Le 5 juillet 1962, les plaies étaient encore grandes ouvertes, ne pouvant ainsi faciliter le pardon. Certains vont alors parler du massacre de 60 000 à 150 000 harkis pour la seule année 1962.

** Pour sauver la face et assumer ses responsabilités face à ceux qu’elle a mis une multitude de stratégies pour les mobiliser durant les dures années de la guerre, la France de de Gaulle décide d’un plan de rapatriement de 5 000 harkis au mois de juin 1962. Ils seront une vingtaine de milliers si on ajoute les familles à avoir été autorisés à rejoindre la France qu’ils ont servie. Plus de quarante ans plus tard, certains continuent de chercher une explication honorable à cette atroce guerre de décolonisation en tentant de qualifier la colonisation d’œuvre civilisatrice. Peut-on dans ce cas considérer que les millions de Noirs africains vendus comme esclaves par les colons européens en Amérique du Nord et du Sud comme ayant fait l’objet d’un acte civilisateur ?
d'apres :La nouvelle republique
Amirouche
 

Retourner vers Actualite - General

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron