AKBOU: l'histoire d'une ville

Histoire de la Kabylie (ex. Wilaya III)

Modérateur: amusniw

AKBOU: l'histoire d'une ville

Messagede mbibany » Ven Mai 12, 2006 13:11

Akbou

Par M. A. Haddadou

Akbou, cette ville de la vallée de la Soummam, à 320 m d’altitude et à 191 km à l’est d’Alger, sur la route de Béjaïa, a été identifiée à l’antique Ausum de l’itinéraire de Ptolémée, qui allait de la ville de Saldae (Béjaïa) à Auzia (actuelle Sour el-Ghozlane).

De l’antiquité romaine a subsisté le fameux tombeau romain qui se trouve sur le piton qui domine la ville, connu sous le nom de piton d’Akbou.

Selon la thèse la plus courante mais en fait sans appui historique convainquant, ce tombeau aurait servi de sépulture à l’un des gouverneurs de la ville.

Cependant, cette construction surmontée d’une pyramide s’apparente plutôt aux mausolées phéniciens.

Stéphane Gsell l’apparente au mausolée d’Amrith, le fameux ma’bed Amrith, au Liban, ce qui dénoterait une influence phénicienne plutôt que romaine. On pense aussi aux mausolées de la tradition berbère ou, si l’on tient compte des influences subies, de la tradition punico-berbère.

On pense notamment au fameux mausolée de Massina de Thougga (actuelle Dougga, en Tunisie) qui présente une curieuse ressemblance avec le tombeau du piton.

Rappelons que ce mausolée a été élevé par les habitants de Thougga pour honorer la mémoire du grand roi numide, l’inscription bilingue qui porte son nom indique ainsi que ceux des architectes, dont la consonance trahit une origine carthaginoise.

Les dates proposées pour le tombeau du piton d’Akbou remontent au-delà du IIe siècle de l’ère chrétienne, sans doute pour accréditer l’hypothèse d’une origine romaine. En fait on ignore, faute d’une datation précise, à quelle époque il a été construit. S’il n’a pas servi de tombeau à un prince ou quelque personnalité locale, le mausolée du piton d’Akbou a dû servir de temple ; cependant les deux fonctions, funéraire et religieuse, se combinaient souvent dans la tradition berbère, la sépulture devenant un lieu de culte.

Au Moyen Age, Akbou a été l’une des villes fortes du royaume des Ath Abbès, la puissante tribu kabyle qui, pour combattre ses rivaux du royaume de Koukou, de l’autre côté du Djurdjura, s’était alliée aux Turcs d’Alger.

Depuis l’Indépendance, Akbou a connu une grande extension, devenant, après Béjaïa, l’un des plus grands centres urbains, sinon le plus grand de la région.

Le nom, que l’on dérive parfois de l’arabe qubba (coupole) doit être plutôt rapporté à un verbe kabyle, qbebbi (être proéminent, être surplombant en parlant du relief), avec comme dérivé principal aqabiw (proéminence, tertre, élévation), sans doute par référence au fameux piton. Signalons qu’un village de la région de la Soummam porte le nom d’Aqabiw.

source: infosoir
mbibany
 
Messages: 695
Inscription: Jeu Mai 26, 2005 08:37

Retourner vers Histoire

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron