Le Tassili, véritable forteresse d’arts rupestres à pré

Les Hommes bleus du Hoggar, Tassili et l'Afrique Subsaharienne (au sud de l'Algerie et la Libye, au nord du Niger, Mali, et du Burkina Faso).

Modérateur: mbibany

Le Tassili, véritable forteresse d’arts rupestres à pré

Messagede mbibany » Jeu Déc 22, 2005 07:29

Le Tassili, véritable forteresse d’arts rupestres à préserver



Créé le 27 juillet 1972 et classé patrimoine mondial en 1982 par l’UNESCO, le grand parc du Tassili, majestueuse étendue de reliefs, d’ergs et de regs, s’étalant à perte de vue dans l’extrême Sud-Est algérien, est une grande concentration d’art rupestre préhistorique, unique au monde qui nécessite davantage d’attention en vue de sa préservation.

L’altération de peintures et gravures rupestres est un phénomène irréversible, même s’il évolue d’une manière très lente grâce au climat sec de la région. "C’est pourquoi, il est impérieux de procéder à la préservation de ces vestiges à l’aide de nouvelles techniques de préservation du corpus", a indiqué le responsable de l’Office du parc à illizi.

Dans un souci de sauvegarder ce patrimoine situé dans plusieurs régions dans le Tassili, des sites comme Tadrart et Tihoudaine ont été interdits d’accès, car ils sont classées réserve scientifique, ajoute la même source.

Les découvertes archéologiques réalisées par Henri Loth au cours des années 50 dans cette région, que jouxtent la Libye et le Niger au Sud, ont propulsé le Tassili au devant de la scène.

Selon le directeur de l’Office du Parc National de Tassili (OPNT) à Illizi, M. Farid Begbagui, le patrimoine archéologique, essentiellement néolithique, se concentre dans la région de Djanet, avec plus de 15.000 gravures et peinture rupestre de l’époque néolithique.

Le site de Oued Djarat, situé à 15 km d’illizi, est l’un des plus prestigieux du Tassili, qui renferme 4000 gravures et peintures rupestres que les rudes conditions climatiques n’ont pu affecter totalement.

Le patrimoine archéologique recensé à ce jour témoigne d’une civilisation de 2,5 millions d’années, qui a connu une grande prospérité avec le passage de la précarité et de la prédation à la sûreté de la production favorisée par la découverte de la poterie et la domestication des animaux.

Les manifestations de la vie quotidienne sont le principal repère de classification des gravures et peintures rupestres.

Le parc du Tassili, qui est à l’évidence une région à très fort potentiel touristique, doit être considéré comme une zone à activité singulière et spécifique, selon la même source.

En plus du patrimoine historique, l’Office du parc a la charge de veiller à la conservation et à la préservation du très vulnérable écosystème Tassilien, à travers la surveillance des points d’eau et la lutte contre le braconnage qui cible de nombreux animaux en voie de disparition, comme les gazelles, les mouflons à manchette, les fennecs, le daman des rochers et le varan.

Pour lutter contre le braconnage et les actes de pillage, des brigades mobiles, de gendarmerie, de douanes et de police de frontière, ont été mises sur pied en étroite collaboration avec l’OPNT.

La reprise des flux touristiques à ce jour, estimé à plus de 3000 touristes étrangers, nécessite une vigilance afin d’alterner les circuits les plus visités, notamment le plateau de Medak (Djabaren, Tamrit, Sefar), Ihrir, Dider et Taset.
Par ailleurs, le directeur du tourisme de la wilaya de Illizi estime qu’il fallait sensibiliser tous les partenaires, en plus du personnel d’encadrement qui doit veiller aussi au respect des règles élémentaires, pour conserver les peintures et gravures sur les sites visités.

Les voyagistes doivent également prévoir à chaque début de saison touristique une campagne de nettoyage consacrée aux sites, souligne la même source.

Par le quotidien algerien EL MOUDJAHID du 21 décembre 2005
mbibany
 
Messages: 695
Inscription: Jeu Mai 26, 2005 08:37

Retourner vers Les Touaregs

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron