La coalition FFS-FLN isole le RCD

FFS, MCB, RCD, MAK, Archs, etc ...

Modérateur: amusniw

La coalition FFS-FLN isole le RCD

Messagede Amghar » Mar Déc 06, 2005 07:56

Alliances postpartielles
La coalition FFS-FLN isole le RCD


Le “la” a été donné à partir de la wilaya de Béjaïa, et les stratègies en matière d’alliances apparaissent plus claires, même si elle ne sont pas encore assumées publiquement.

Les partielles du 24 novembre dernier n’ont pas dégagé de majorité absolue, que ce soit dans les APC ou les deux APW concernées. Ainsi, pas moins de 84 communes dans les deux wilayas (Béjaïa et Tizi Ouzou) ont été remportées par des majorités relatives ainsi que les deux assemblées de wilaya.

Les alliances sont devenues donc inévitables pour faire fonctionner ces communes. Les spéculations et même les coups de bluff ont été à l’ordre du jour ces derniers temps. Néanmoins, le “la” a été donné à partir de la wilaya de Béjaïa, et les stratègies en matière d’alliances apparaissent plus claires, même si elle ne sont pas encore assumées publiquement. C’est ainsi que le FFS a bénéficié de l’apport des voix du FLN et du MEN pour accéder à la présidence de l’Assemblée populaire de wilaya. A rappeler qu’à l’APW, au contraire des APC, le président est élu par ses pairs à bulletin secret. Si l’APW de Béjaïa est revenue au parti d’Aït Ahmed, la commune quant à elle est présidée par M. Abdelhafidh Bouaoudia du FLN. Ce qui n’était qu’une prospective se réalise sur le terrain, avec cette alliance FFS-FLN. Les deux partis n’étant pas idéologiquement éloignés et entretenant des relations cordiales depuis des années. Cette alliance, si elle fait des élus heureux, terrasse littéralement d’autres.

En effet, le parti de Saïd Sadi est la première victime de cette démarche concertée. On n’en veut pour preuve que le score réalisé par le candidat de ce parti à la présidene de l’APW de Béjaïa, qui n’a récolté que les voix des élus de son parti. Ce résultat dénote l’isolement du RCD sur l’échiquier politique local, en échouant à récolter ne serait-ce qu’une voix sur les listes d’Indépendants. D’ailleurs, la réaction dépitée du n° 2 de la formation de Sadi, en l’occurence Fardjallah, présent à la cérémonie d’élection du président de l’APW de Béjaïa ne s’est pas fait attendre.

Il déclarera à notre confrère Liberté que “ce que le RCD savait déjà se confirme à travers ce vote. L’alliance que vient de sceller le FFS avec le FLN et le MEN pour remporter la présidence de l’APW met à nu la duplicité du premier nommé. Celui-ci a beau se payer de mots en se présentant comme le champion de l’opposition, la réalité d’aujourd’hui a fini par le confondre. Solliciter des partis du cercle présidentiel pour contenir le RCD est une preuve qui atteste du décalage séparant cette formation politique des aspirations des citoyens de la région”. Dur, dur d’être lâché.

Ainsi, le RCD qui s’est présenté comme un “unioniste” durant la campagne en appelant à une alliance fraterelle avec le FFS, dévoile sa véritable stratégie. Cette dernière a été comprise à temps par le parti d’Aït Ahmed, qui s’était prononcé contre les “alliances arithmétiques”. Le parti de Saïd Sadi est plus que jamais isolé en Kabylie, lui qui ne détient que cinq communes avec une majorité absolue.
Ailleurs, partout ailleurs, où il siège à la présidence des APC avec une majorité relative, il devra subir les assauts d’une coalition FFS-FLN qui fera des dégâts, et l’éjectera à coups de votes de défiance du siège de président.

La leçon de ces partielles et des alliances qui en découlent est peut-être le fait que des partis n’ont jamais bradé leur avenir par l’invective et l’insulte, laissant ainsi la porte entrouverte pour des rapprochements. Le FFS et le FLN l’ont fait, le RCD non...

Cherif A.
LA DEPECHE DE KABYLIE
06/12/2005
Amghar
 

Retourner vers Partis Politiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron