Documentaire: Nana Taous de Sid Ali Mazif

Cassettes, CD, Films, Documentaires, Logiciel, etc ...

Modérateur: amdyaz

Documentaire: Nana Taous de Sid Ali Mazif

Messagede mbibany » Mer Déc 21, 2005 08:41

Avant-première du documentaire Nana Taous de Sid Ali Mazif


Nana Taous, film documentaire de Sid Ali Mazif consacré au parcours particulier d’une centenaire a été projeté lundi en avant -première au Palais de la culture.

Ce film , retrace durant 45 minutes, la vie d’une femme admirable qui a traversé le siècle en tant qu’actrice et témoin de beaucoup d’événements importants.

Ce récit d’une femme centenaire est un "hommage à la femme algérienne qui a marqué de sa présence l’histoire de notre pays" a souligné le réalisateur.

A travers l’histoire de Taous Ben Abdessalem -qui a assisté personnellement à la projection- et les témoignages de ses proches et amies, le réalisateur a réussi à faire un portrait fidèle de cette femme, qui est restée jusqu’à cet âge forte et lucide, et à travers elle à brosser le tableau de la vie quotidienne de tout un village "Ath Hichem", connu notamment pour ses célèbres tapis.

Tout en accompagnant les pas sûrs de cette centenaire qui a eu la chance de fréquenter l’école en 1910 jusqu’à devenir monitrice dans une école de formation où elle initia des dizaines de filles au métier à tisser, le réalisateur a insisté pour montrer des images reflétant la vie dans ce village ou les femmes travaillent ardemment pour subvenir aux besoins de leurs familles.

Nana Taous se rappelle aisément devant la caméra les moindres détails de sa vie comme de ses premières années dans cette école construite par son oncle, l’une des premières à accepter des filles à l’époque.
Elle parlera aussi de sa vie de famille, de son travail et de ses tapis dont elle garde jalousement quelques échantillons. Elle évoquera, également, avec émotion sa contribution à la guerre de libération nationale et la mort de son mari en 1957 assassiné sauvagement par les soldats français ce qui ne l’a pas empêché de continuer son combat.

Sid Ali Mazif connu pour ses thèmes consacrés à la condition de femme en Algérie, thème qu’il a notamment développé dans Leila et le autres et Houria a déclaré à la fin de la projection du documentaire que celui-ci est le premier d’une série de 6 autres projets consacrés à la femme.
Ce documentaire produit par la société de production PROCOM international a été tourné en support DVCAM, VHS, est disponible en version amazigh, arabe et française.

source: EL MOUDJAHID du 20 décembre 2005
mbibany
 
Messages: 695
Inscription: Jeu Mai 26, 2005 08:37

“Je suis pure comme l’eau !”

Messagede mbibany » Jeu Déc 22, 2005 07:55

Ces yeux qui ont vu un siècle défiler devant eux, ce sourire que ni la guerre ni ses tortures n’ont pu effacer, sont ceux de Nana Taous, un symbole de la guerre d’Algérie et de son patrimoine culturel. Elle était présente lundi dernier au Palais de la culture, à l’occasion de la projection en avant-première d’un film documentaire sur sa vie : Nana Taous, réalisé par Sid Ali Mazif. Taous Ben Abdesselam est née en 1905 au village d’Aït- Hichem à Tizi-Ouzou.
Elle intègre l’école dès l’âge de 5 ans, à une époque où la scolarisation des filles est à peine existante. Elle s’initie dès son jeune âge à la tapisserie, s’y distingue rapidement et passe d’aide ouvrière à maîtresse ouvrière, chargée d’enseigner le tissage. Durant la guerre de Libération, Taous activait dans les liaisons et dans le soutien logistique : passe d’armes, informations, collecte d’argent et livraison des produits nécessaires. Son mari tombe en 1957, tué par les militaires français. L’année d’après, elle est dénoncée et emprisonnée. Elle résiste courageusement à toutes les tortures qu’on lui a fait subir et ne fournit de réponse à aucun moment des interrogatoires. Après l’Indépendance, Taous reprend ses fonctions à l’école d’Aït- Hichem. En 1965, elle représentera l’Algérie à l’exposition internationale de Paris. Elle sera plusieurs fois honorée et s’occupera dans son domaine jusqu’en 1989, l’année de son départ en retraite. Au-delà de la figure emblématique, Nana Taous contribue concrètement à la préservation et la transmission du patrimoine. Les années ne l’ont pas éloignée du métier à tisser et elle demeure, aujourd’hui encore, doyenne du tapis d’Aït-Hichem et gardienne des valeurs traditionnelles.
L. L. A.
Le soir d'algerie. 22/12/2005
mbibany
 
Messages: 695
Inscription: Jeu Mai 26, 2005 08:37


Retourner vers Audio-Visuel

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron