BIO-FILMOGRAPHIE: Azzeddine Meddour

Cassettes, CD, Films, Documentaires, Logiciel, etc ...

Modérateur: amdyaz

BIO-FILMOGRAPHIE: Azzeddine Meddour

Messagede mbibany » Mar Mai 16, 2006 08:15

Timezrit
Il y a six ans disparaissait Azzeddine Meddour


Azzeddine Meddour est né à Sidi Aïch le 08 mai 1947 (donc 02 années jour pour jour après les génocides de Kherrata et Guelma) où il a vécu son enfance et suivi ses études primaires et secondaires.


Déjà six ans depuis la disparition tragique de Azzeddine Meddour, qui de par son travail cinématographique, laborieux, consciencieux, son humanisme, sa dimension plurielle, a marqué son passage dans ce bas monde et restera comme un homme de combat, de progrès et de sauvegarde pour l’identité algérienne.
Son travail de mémoire ne doit pas rester vain et chacun de nous doit contribuer à sauvegarder son œuvre afin que la touche noble de cet homme, qui a su rester humble et fidèle à son identité algérienne authentique, courageuse, généreuse et tolérante reste un modèle pour une Algérie de progrès.

“Des faits et des faits”, “Tiklat”, “La montagne de Baya”, “Douleur muette”, doivent continuer à figurer parmi les œuvres phares des hommes de culture comme Kateb Yacine, Mouloud Mammeri, Taous Amrouche, Mouloud Féraoun, etc… qui ont permis à l’Algérie sa prise de conscience ; notre tâche est d’entretenir cette flamme et d’œuvrer pour la vie et l’épanouissement de notre culture. C’est notre devoir de mémoire pour la nation algérienne, assumant son histoire dans sa complexité et sa diversité car “ceux qui oublient l’histoire sont condamnés à la revivre”, disait Santa-Yama. Alors n’oublions pas les nôtres. Azzeddine Meddour est né à Sidi Aïch le 08 mai 1947 (donc 02 années jour pour jour après les génocides de Kherrata et Guelma) où il a vécu son enfance et suivi ses études primaires et secondaires.

L’université d’Alger l’a accueilli quelques années pour lui dispenser des études en lettres françaises. Par la suite, il est parti pour l’Union soviétique (URSS) pour suivre une formation dans le cinéma au VGIK de Moscou de 1971 à 1978.
Cet artiste racé s’est acharné à parfaire ses connaissances et les techniques dans le domaine cinématographique. Les personnes qui ont eu l’honneur de le côtoyer n’arrêtent pas de faire l’éloge de ses qualités morales, humaines et professionnelles à son égard.

Erina, une charmante moscovite qu’il a épousée en 1977, lui donna deux filles qui ont suivi des études en France. L’une d’elles a juré de continuer l’œuvre de son défunt père, inachevée, intitulée “Les dernières nouvelles”.
Aussi, toutes les œuvres de Azzedine Meddour, films documentaires démontrent la bravoure, l’acharnement et l’attachement de l’homme à son algérienneté, son amazighité dont il demeurait jaloux et dont il tirait toute sa fierté. Azzedine Meddour auteur et réalisateur de plusieurs films et documentaires dont “La fillette et le papillon”, “Entre nous”, “Combien je vous aime”, “Des faits et des faits”, “La légende de Tiklat”, “Polisario année 15”, “Un survivant raconte”, “Djurdjura”, “Le Chacal doré” et enfin un long métrage en tamazight, “Adrar N’Baya” (la montagne de Baya), une réalisation qui lui a valu un succès retentissant mais qui est né dans la douleur puisque lors du tournage de ce film, 12 membres de l’équipe sont morts d’une explosion de butane à Bouzeguène, drame qui l’a profondément marqué. Suite à une longue maladie, Azzedine Meddour s’est éteint le 16 mai 2000 à l’âge de 53 ans. Son enterrement a été grandiose où de nombreuses personnalités du monde du 7e art et autres artistes et de nombreux citoyens venus de tous les coins du pays, ont tenu à lui rendre un dernier hommage. Mais depuis, à part l’hommage inoubliable organisé par l’Association Tiwizi N’Uqabiw, son village ancestral, du 15 au 21 mai 2003, ce monument du cinéma algérien est oublié. Il repose au cimetière d’Akabiou, dans la commune de Timezrit, à 45 km du chef-lieu de la wilaya de Béjaïa.


Bio-filmographie de feu Azzedine Meddour


1947 : Naissance de Azzedine à Sidi Aïch
1982 : Fin du tournage de “La Fillette et le Papillon”
1983 : Film-fiction “Entre nous”, qui a obtenu le prix spécial du jury à Prague et une mention au festival de Monté-Carlo
1985 : La série documentaire “Combien je vous aime”, qui obtient le 1er prix au Festival américain du film à New York dans la section “Perspective”
1986 : Documentaire intitulé “Polisario année 15”
1988 : “Un survivant raconte”, documentaire
1990 : “Des faits et des faits”, de 23 x 26 mn
1991 : Documentaire en tamazight “La Légende de Tiklat”
1992 : Documentaire “Djurdjura”
1993 : Film “Le Chacal doré” qui a obtenu le Grand prix du Cerist et le prix du Grand public à Palaiseau
1997 : 1er long métrage en tamazight “Adrar N’Baya”
1998 : Prix du public décerné au film “La Montagne de Baya” avec Adolf Grimm Prers, et réalisation du film “La douleur muette”.
Le 16 mai 2000, décès de Azzedine Meddour.

R. B
Source: La depeche de kabylie 15/05/2006
mbibany
 
Messages: 695
Inscription: Jeu Mai 26, 2005 08:37

Retourner vers Audio-Visuel

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron