EL DJAZAIR- ALGER

Histoire des regions berberes du monde (en dehors de la Kabylie)

Modérateur: mbibany

EL DJAZAIR- ALGER

Messagede mbibany » Ven Fév 17, 2006 15:33


Mon beau pays

Villes, villages et montagnes


Par M. A. Haddadou

L’Algérie est riche de ses paysages : côtes aux beaux rivages, montagnes enneigées, vastes plaines, déserts aux sables dorés… Elle est également riche de son histoire plusieurs fois millénaire. Des peintures rupestres du Tassili qui attestent d’une civilisation antérieure de plusieurs siècles à celle de l’Egypte pharaonique, en passant par les royaumes numides et les dynasties musulmanes du Moyen Age jusqu’à la lutte anticoloniale et à l’édification d’un Etat moderne, une succession ininterrompue d’événements, de combats qui, au fil des siècles, a forgé non seulement un pays, l’Algérie, mais aussi une personnalité et une culture qui s’est abreuvée à plusieurs sources dont les plus importantes sont la berbère, originelle, encore vivace sur tout le territoire, et l’arabo-musulmane qui a apporté une langue, une foi et un mode de vie qui l’ont marquée de leur sceau. Des documents divers – inscriptions, monuments, ouvrages… — témoignent de cette longue histoire. Il y a aussi la toponymie, noms de lieux, anciens ou modernes, qui portent les traces du passé. Ce sont ces lieux, villes, villages, montagnes, déserts ou fleuves que nous évoquerons, au fil des jours, dans cette nouvelle rubrique, en tentant non seulement de les expliquer, mais aussi de les mettre en rapport avec l’histoire. Une histoire que peu de pays, peu de peuples peuvent se vanter d’avoir !


ALGER / EL DJAZAIR


Alger, capitale de l’Algérie, qui a donné son nom au pays, la dénomination officielle, al-Djaza’ïr comme le nom populaire Dzayer désignant les deux à la fois. Alger est également l’une des plus grandes cités d’Algérie, voire du Maghreb et du Bassin méditerranéen. Le site de la ville actuelle ainsi que ses environs ont révélé des vestiges d’occupation humaine remontant à la préhistoire.

On citera en exemple le site des Allobroges, dans l’actuel quartier de Hydra, où on a exhumé, en 1961, lors de la construction de la cité portant le même nom (aujourd’hui cité Melki), tout un gisement renfermant des restes d’animaux, dont une race de chevaux disparus, l’equus algericus, ainsi que des outils appartenant à la période atérienne (paléolithique inférieur).

Des vestiges encore plus anciens ont été retrouvés dans le Sahel, comme le biface exhumé aux environs de Mahelma. Les vestiges du néolithique sont encore plus nombreux, avec notamment le gisement de la grotte du Grand Rocher de Aïn Bénian, fouillé dès 1869 et qui a fourni des os d’animaux et des restes humains ainsi que des outils : des haches polies, un polissoir ainsi que des poteries.

Alger est également connue pour ses dolmens, comme ceux de Béni Messous, qui est également l’une des plus importantes nécropoles de la côte algéroise : on y a retrouvé un important matériel funéraire, dont de nombreuses céramiques et des anneaux de bronze. Une sépulture, de cette période, portant une inscription en caractères libyques, a été retrouvée en 1867 près d’Ouled Fayet.


* Les auteurs de l’Antiquité font remonter la fondation d’Alger aux temps mythiques. Au IIIe siècle de l’ère chrétienne, le grammairien Solin se fait l’écho d’une légende qui devait être courante à son époque : «Hercule (durant son périple en Méditerranée) passant à cet endroit fut abandonné par vingt hommes de sa suite qui y choisirent l’emplacement d’une ville dont ils élevèrent les murailles ; et, afin que nul d’entre eux ne pût se glorifier d’avoir imposé son nom particulier à la nouvelle cité, ils donnèrent à celle-ci une désignation qui rappelait le nombre de ses fondateurs.»

En fait, cette légende n’a pour but que d’expliquer le nom de la ville à l’époque romaine, Icosium, qui viendrait donc du grec eikosi (vingt). Dans les derniers siècles du second millénaire avant J.-C., les Phéniciens, puis les Carthaginois dans leur expansion sur la rive sud de la Méditerranée, ont fondé des comptoirs tout au long du littoral algérien : Skikda, Dellys, Cap Matifou, Tipaza, Alger et bien d’autres, distants les uns des autres de 25 à 45 km, ce qui représente la distance que parcourt, en une journée, un navire.

L’Alger phénicienne n’est pas forcément, comme on a tendance à le croire, une création : les vestiges antérieurs à l’époque phénicienne montrent que la région a été, dès la préhistoire, une zone de peuplement. Les vestiges de l’époque phénicienne ne sont pas nombreux, mais ils sont suffisants pour établir avec certitude l’existence d’un comptoir punique et son nom.

** Outre la stèle retrouvée rue du Vieux-Palais et du sarcophage découvert dans le jardin de Prague (ex-Marengo), il y a les pièces de monnaies puniques exhumées dans le quartier de la Marine en 1940 présentant, au revers, un personnage qu’on a identifié au dieu Melqart (l’Hercule des Grecs) avec une légende en caractères phéniciens : Ikosim. Le nom n’est donc ni latin ni grec et Jean Cantineau a montré qu’il est composé de deux termes : l’élément «î» figurant dans de nombreux toponymes méditerranéens (Ibiza, Igilgil, Jijel), qui signifie «île» et un second, «kosim», qui pourrait signifier soit «épines» soit «oiseaux impurs», sans doute les hiboux. D’autres pièces, portant également le nom d’Ikosim, ont été retrouvées en 1952, lors des travaux de terrassement du bâtiment du Trésor, place du 1er-Novembre.

On y a trouvé aussi des vestiges de diverses époques, notamment des poteries provenant d’Italie du Sud, d’Espagne et de Gaule, ce qui montre l’importance d’Alger qui entretenait, plusieurs siècles avant la période romaine, des relations avec les pays du Bassin méditerranéen.

Avec la chute de Carthage, Ikosim passe aux mains des rois berbères. A partir de 25 avant J.-C., la ville est intégrée dans le royaume de Maurétanie, à la tête duquel Rome a placé un roi vassal, Juba II, auquel succède son fils, Ptolémée. Mais celui-ci est assassiné à Lyon par l’empereur romain Caligula et la Maurétanie est annexée. Ikosim, dont le nom a été sans doute latinisé sous Juba II en Icosium, devient romaine. La ville devait prendre de l’extension, mais on pense que sa superficie était à peu près la même que celle de la ville au temps des Turcs.



*** Des vestiges de l’Icosium romaine ont été retrouvés : dédicaces, bustes, mosaïques, voire une statue entière de la déesse des vergers Pomonone, retrouvée à El-Biar, ainsi que de nombreuses tombes, des urnes et un matériel funéraire important. Récemment encore, en 2004, des travaux entrepris du côté de l’ancienne station de bus de la place des Martyrs ont mis au jour de nouveaux vestiges.

On ignore à quelle époque Icosium a embrassé le christianisme, en revanche on sait qu’à l’opposé de Tipaza, qui n’en est pourtant pas éloignée, elle a connu le donatisme, le grand schisme qui, au Ve siècle, a divisé l’église d’Afrique. Les sources citent, à côté des évêques catholiques, des évêques donatistes, tel ce Crescens qui a représenté la ville à la fameuse conférence de Carthage de 411.

Icosium n’a pas été épargnée par les troubles qui ont embrasé la Maurétanie à l’époque romaine. En 372, le prince berbère Firmus, levant l’étendard de la révolte, s’attaque aux villes côtières sous domination romaine. Après avoir pris Césarée, il a réussi à percer les remparts d’Icosium et à s’emparer de la ville, qu’il doit cependant abandonner l’année suivante. Après ces faits, rapportés par l’historien latin Ammien Marcellin, on ne parle plus d’Icosium. La ville, théâtre de nombreux combats, connaît alors la décadence.


-***- Quand les musulmans arriveront, ils ne trouveront qu’une cité ruinée et les grands géographes comme Ibn Khuradadhbih, ne la citent pas et quand El-Bekri le fera, ce sera pour parler de ruines.

La région d’Alger était alors occupée par une tribu berbère sanhadjienne, les Banû Mezghena (d’où l’ancien nom de la ville, Djaza’ïr Banû Mezghana), à laquelle succédera une autre tribu berbère, les Beni Mellikèche.

C’est le prince ziride Bologgin Ibn Ziri, qui va donner, à la fin du Xe siècle, sa chance à Alger, en fondant, sur l’ancien site, une ville nouvelle. Bologgin disposait déjà d’une capitale, Achir, dans le massif du Titteri, mais sans doute voulait-il, pour son royaume, un débouché sur la mer. C’est à cette époque qu’Alger prend le nom d’Al-Djazâ’îr (les îlots), par référence aux îlots qui l’entouraient alors.

Avec les Zirides, Alger devient une ville prospère où, selon le géographe arabe Ibn al-Hawqal, le commerce et l’agriculture étaient florissants : «Alger, écrit-il, produisait de telles quantités de miel, de beurre et de figues qu’elle en exportait une bonne partie !» Concurrencée par Béjaïa, devenue la capitale des Hammadites, Alger connaît un certain déclin, puis l’arrivée d’Andalous chassés d’Espagne va l’aider à retrouver progressivement une place, au plan économique comme au plan intellectuel. A partir du XVe siècle, la ville est gouvernée par la tribu des Tha’aliba venue des Issers, et dont est issu le saint patron de la ville, Sidi Abd al-Rahman al-Ta’alibi.


--*** - A la fin du XVe siècle, les Espagnols, encouragés par la désagrégation des Etats maghrébins, tentent de prendre pied au Maghreb. Mers el-Kébir et Oran sont prises en 1505, puis se sera le tour de Béjaïa avant la prise d’Oran. Alger a accepté de livrer à Pedro Navarro un des îlots de son port où va être construit le Penon, une forteresse, pour surveiller la ville.

Devant les dangers, les notables décident de faire appel à un corsaire turc, Baba Aroudj, qui vient de remporter de francs succès contre les Espagnols (1515). Il organise la défense de la ville et, à sa mort, ses frères, désignés sous le nom collectif de Barberousse, lui succèdent. Son frère Kheïreddine sera considéré comme le fondateur de la Régence d’Alger, qu’il va placer sous l’autorité de l’empire ottoman.

En 1529, il s’empare du Penon, le détruit et, avec les pierres récupérées, construit une jetée qui va relier les îlots à la terre ferme. La petite ville va devenir la capitale d’un puissant Etat qui va tenir tête pendant trois siècles aux puissances chrétiennes. Charles Quint tentera, en vain, de s’en emparer en 1541 et perdra dans la bataille les deux tiers de sa flotte. Les Français, pour ne pas subir la même déconfiture, éviteront le débarquement, se contentant de bombarder la ville à plusieurs reprises (en 1661, en 1665, en 1682-83, en 1688) et les Anglais en feront autant (en 1665, en 1672 et surtout en 1816). Les Espagnols vont essayer encore de réduire Alger, mais ils échoueront, ainsi que les Américains, qui ont tenté leur chance en 1815.

* --*** - Les Français réussiront à prendre la ville en 1830, en prétextant une offense — un coup d’éventail — faite à leur consul par le dey d’Alger. En réalité, le gouvernement français ne voulait pas rembourser un prêt contracté auprès de la Régence et de plus il cherchait, par une expédition, à détourner son opinion publique des problèmes intérieurs.

Le débarquement a lieu le 18 juin 1830 à Sidi Fredj. Le 5 juillet, après une résistance désespérée des Algérois, le dey signe la capitulation. Alger est livrée à l’armée française qui va piller la ville et massacrer des centaines de personnes. Alger va servir de base à la conquête du pays. Elle servira aussi de base au mouvement nationaliste qui déclenchera, le 1er Novembre 1954, la Guerre de Libération nationale qui conduira à l’indépendance du pays, le 5 juillet 1962.

Le nom arabe d’Alger, al-Djaza’ir, qui lui a été donné au Xe siècle signifie «îles», par référence aux îlots qui l’entouraient avant qu’une jetée ne les relie, au XVIe siècle, à la terre. Le nom français, Alger, est attesté dès le XVe siècle sous la forme Alger, prononcé Aljere. Il dérive, lui aussi, d’al-Djaza’ir. Sous l’influence de la graphie, le mot finit par prendre la vocalisation qu’il a aujourd’hui. Le mot Algérie s’est formé après 1830, d’abord pour désigner la province d’Alger (c’est-à-dire la ville et les régions qui en dépendaient) puis l’Algérie actuelle.
mbibany
 
Messages: 695
Inscription: Jeu Mai 26, 2005 08:37

MAIN BASSE SUR ALGER 1830 - Pierre Pean

Messagede M.B » Ven Fév 24, 2006 13:45


????? ??? ???????

????? :???? ????


??? ?????? ??? ?????? ??????? ??????? ??????? ??????? ???? ???? ??? ???? ?????????? ?????? ?? ??????? ??????? ????? ???????????. ??? ??? ????? ??? ??? ?? ????? ??? ????????? ????????? ?? ??????? ?????? ??? ?????. ??? ???? ????? ???? ?? ?????? ?????? ??????? ??????.

?? ???? ??? ????? ??? ????? ????? ??? ?? ????? ????? «??????» ???????? ???? ????? ??????: «????? ?????? ?? ????? ??????». ????? ???? ???? ??????? ???? ??? ????????? ?????? ???????. ?? ????? ??? ???? ??????? ?????? ???? ??????? ??? ???? ???? ??? ???????? ??????? ?? ??????? ??????. ??? ??? ???? ?????? ???? ???? ????? ????? ??? ??????? ???????.

???? ????? ?? ????? ???? ??????? ??? ????? ??????? ??????? ???? ????? «???» ???????? ?? ?????? ??????? ????? ???? ?????? ?????. ???? ???? ???? ???? ??? ?????? ?????? ???? ????? ?? ?? ???? ?? ??? ??? ????? ?????. ?? ?? ?? ????? ??? ??? ???? ??? ????? ???. ??? ???? ???????? ??????? ????? ?? ????? ???????? ?????? ???? ??? ?? ????? ??? ????? ?????.

??????? ?? ??? ????? ????? ???? ?????? ???? ??? ??????? ??????? ?????? ?? ??? ????? ??? ???? ??? ????? ?? ??????? ????????? ??? ?? ?????? ??????. ??? ??? ?? ???? ???????? ?? «???» ??????? ???? ???? ??? ?? ??? ?? ???? ?? ???? ?? ????? ???????? ???????? ???????? ?? ???? ????.????? ???? ??? ????? ?????? ??????? ???? ??????? ??????? ??? ???? ??? ???? ?? ???? ?? ???? ????.

??? ???? ????? ???? ?????? ????????? ??? ??? ????? ?????? ??????? ????????. ??? ??? ???? ????? ?????? ?????? ???? ????? ?? ?????? ?? ?????. ??? ???? ???? ?????? ???? ???? ?????? ???? ?????? ?? ???? ??? ???????. ???? ??? ????? ??? ?????? ?? ????? ?????? ??????? ???? ????? ????????? ???? ?????? ?????? ???? ???? ??????? ??? ???? ?????? ???????.

???? ???? ????? ??? ??????? ?? ??? ?????? ?????? ???? ????? ?????? ??? ??? ???? ?????? ?? ???? ????? ??????? ???? ?? ???? ??????????. ???? ???? ??? ?????????? ??? ???? ?? ???? ?????? ????? ????? ???????! ???? ??? ?? ??? ????? ?? ??? ?????? ??????? ??? ??? ??????? ?????? ???? ??????? ?????????? ??? ????? ?????? ??????? ????.

???? ?? ???. ???? ???? ??? ????? ????? ?? ????? ????? ??????? ???????? ?? ????? ??? ?? ?????. ???? ?????? ??? ????? ??? ??????? ????? ?????? ???? ????? ???? ???? ????????? ?????? ??????? ???????. ??? ??? ????? ???? ?????? ????? ????? ????? ????????? ????????: ?? ????? ?????????? ???????? ???????? ???? ?????? ??????.

??? ????? ?????? ???? ???? ???? ?? ???????. ???? ??? ??????????? ?????? ???? ?? ???? ?? ???? ???? ????? ?? ??? ??? ??? ???? ?? ??? ?? ??? ????? ????? ????? ??? ??? ??????? ???? ???? ??????. ?? ???? ???? ???? ?????: ??? ???? ????? ?????? ???????????? ?????? ??? ?? ???? ?? ??????? ????? ??? ????? ?? ??? ?? ??? ??????? ????? ???? ??? ! ???? ???? ???? ????? ???? ????? ??? ???????.

???? ??? ?? ??? ??? ????? ?????? ???????? ???????? ???? ??? ????? ??????? ????????? ????????. ??????? ?? ??? ?? ?? ???? ?????? ???????? ????? ???? ?????? ??? ??????? ??? ??? ?????? ????? ?????? ???? ???? ?????? ????? ???? ?? ??? ??? ??????? ???? ?????? ????? ???????? ?? ???????! ????? ??????? ???? ???????? ??????? ???? ??? ??????? ???? ?? ??? ??? 1962 ????? ??????? ?????? ??? ???? ???? ???? ????? ????? ????? ?????? ?????????.

?? ???? ?????? ?????: ?? ?????? ?? ??????? ??? ??????? ?????? ??? ??????? ?????? ???? ????. ??? ??? 1827 ??? ???? ????? ??? ??? ????? ???? ???? ?????? ??????? ?? ???? ??????? ?????????. ???? ????? ??? ?????????? ???????? ????? ????? ???? ?????. ??? ??? ???? ???????? ??????? ????? ???????? ??????? ????????. ???? ???? ????? ???? ????? ??? ??????? ??????? ?? ???. ???? ???? ??? ???? ?? ???? ?? ????? ??? ????? ????? ???? ???? ?????? ???? ??????? ??????????. ??? ???? ?? ???? ????? ????????? ?? ??? ?????? ????? ??? ????? ????????.

????? ???? ????? ?????? ??????: ???? ???? ???? ????? ???? ????? ??????? ????????? ????? ???? ?????? ??? ????? ???????? ??? ???? ????? ?????: ??? ???? ????? ??????? ?????? ?? ??? ????? ????? ??? ???? ???? ?? ?????????. ???? ??? ??? ?? ?????? ?? ??? ??? ??????? ???? ?????? ??? ??? ????? ????? ???? ????????????? ?? ???? ?????? ??????? ?????:

????? (?? ??? ?????) ?? ??? ??? ??? ?? ??????!

???? ??? ?????? ????? ???????? ?? ???? ???????. ?????? ?????? ??? ?????? ??? ??????? ????? ???? ????? ???? ?????? ???? ??? ??????? ????????. ?????? ?? ???? ???? ???? ???? ?????? ????? ???????? ??????? ???? ???? ?????. ????? ??? ?????? ???? ?? ??? ??? ???. ?? ????? ??? ???? ???? ????? ??? ?? ????? ????????. ?????? ?? ???? ????? ??? ??????? ?????? ????? ?????? ????? ????: ??? ?? ??? ???? ????? ??? ??? ?????? ???? ???? ????? ?????.

??? ???? ???? ???? ?????: ?? ???? ??? ????? ??? ????? ????? ????? ?? ????... ?????? ??? ????? ???? ????? ??????? ?? ?????? ???? ?????? ???? ??????? ???????? ???? ?????? ?????????? ??? ???? ???? ????? ???? ??????? ??? ?? ???? ?? ???? ???? ??????? ?? ??? ???????. ??????? ??? ????? ??? ????? ?? ?????? ???? ?????? ?????? ???? ?????.

?? ???? ?????? ?????: ?????? ??? ??? ????? ??????? ???????? ??? ??? ???? ????????? ?????? ???? ??? ????. ???? ??? ??? ?? ????? ???? ?????? ??????? ????? ?? ????? ????? ?? ???? ?????? ??? ????? ?? ?????? ????? ???? ????? ???????.

????? ??????? ???? ?? ???? ??? ???? ????? ??? ?????? ????? ???? ???? ????? ??????? ??? ????? ??????! ?? ???? ??????? ???????? ????? ????? ??? ??? ????? ??? ????? ?????? ??? ?? ??? ?????? ??? ????????? ????? ?????? ?? ?????? ????????. ?? ????? ????: ??? ???? ???? ???? ????? ??? ????? ?? ?????.

???? ???? ???????? ?? ??? ????? ??? ?????? ???????? ?? ??? ?? ????. ??????? ?? ??? ??????? ???? ???? ??? ???? ?? ???? ?????? ?????? ?? ????? ?????? ??? ?????? ???? ???? ?? ???????? ??? ?? ????? ????????? ???? ?? ??? ??? ??. ????? ???? ?? ???? ?? ??? ????? ?????? ?? ??? ????? ?? ???? ????? ????? ?????? ?? ????? ????.

???? ?? ??? ???? ????? ?????? ?? ???? ???? ???? ?????. ???? ??? ????? ??? ??? ???? ???? ???????? ???????? ???. ?? ???? ?????? ??? ??????: ???? ??? ???? ??? ????? ?????? ?? ???? ?? ???? ????? ??????? ??????? ???? ???? ???? ??? ?????? ??????? ????? ??????? ??????.

?????? ???? ???? ???? ????? ????? ????? ??????? ?? ??? ????? ??????? ??????? ??? ????? ?? ?? ????? ?? ????? ????? ?? ??? ?? ???? ???????. ????? ????? ?? ????? ?????? ?? ?????? ????????? ??????????? ?????????? ??????.

???????? ???? ????? ?? ??? ????? ?? ??????? ???? ??? ?? ???? ????? ???? ?? ??? ????? ???????. ??? ??? ???? ???? ??? ??????? ??? ?????? ?????. ??? ??? ???????? ?? ?????? ????? ??????? ?????? ?????? ???? ?? ????????? ???? ??? ??????? ??? ???????!

?????? : ????? ??? ???????

?????? ?? ????? ??? ???? ? ????? 1830

??????: ???? ? ????? 2005

??????? : 271 ???? ?? ????? ??????

Main basse sur Alger


enquête sur un pillage - juillet 1830


Pierre Pean



Plon- Paris 2005


P.271


source: http://www.albayan.ae
M.B
 


Retourner vers Histoire - General

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron