IDIR

Massinissa, Jugurtha, Koceila, Kahina, Mohand, Lounes, Belaid, Taos, ...

Modérateur: amdyaz

IDIR

Messagede mbibany » Ven Aoû 26, 2005 11:24

Ces prénoms que vous portez
Le vivant et la vie
Par M. A. Haddadou


IDIR


***-- De toutes les religions révélées, l’Islam est, il n’y a pas de doute, la plus universelle : elle réunit les dogmes essentiels de la foi monothéiste et perpétue l’enseignement des prophètes et des messagers qui lui sont antérieurs. Il ne faut donc pas s’étonner que les noms de ces prophètes et messagers figurent en bonne place dans l’onomastique musulmane. Le Prophète Mohammed a lui-même inauguré le cycle en prénommant l’un de ses fils, Ibrahim, qu’il a eu de son épouse égyptienne Maria, et qui est mort en bas âge. Nous citerons dans cette partie et dans les suivantes les noms utilisés en Algérie, en donnant l’étymologie de chacun d’entre eux. Commençons par le plus ancien des noms, en fait celui du premier homme, Adam. Ce nom, prononcé Adem, était autrefois rare, mais, aujourd’hui, il commence à se répandre. Adam, le nom du premier homme donc, est rapporté par les lexicographes arabes à adam «terre». Cette étymologie apparaît aussi chez les hébraïsants qui donnent à adamah le sens de «terre, sol, poussière». On se rappelle que dans le Coran, Dieu a créé Adam à partir du limon de la terre et qu’il lui a insufflé la vie. Après avoir créé l’homme, Dieu lui a créé son épouse qui a reçu le nom de Hawa, de h’awwâ’, forme arabe du nom d’Eve, de la racine sémitique HWY, signifiant «vie» (arabe h’ayya «vivre»). Signalons que de cette même racine dérive un prénom très répandu en Algérie : Hayat, fém. de h’ayat «vie». La racine a encore donné le prénom Yah’ya, forme arabe du nom du prophète Jean, nom à lire yah’ya «qu’il vive».

***--- Dans l’onomastique berbère, le prénom le plus connu qui se réfère à la vie – c’est-à-dire une longue vie — est Idir, prononcé Yidir. Ce nom vient du verbe edder, que l’on rencontre dans la quasi-totalité des dialectes berbères, avec le sens de «vivre, exister, être en vie, demeurer en vie». La forme Yidir est une forme d’aoriste, c’est-à-dire une forme verbale qui présente l’action comme inachevée ; c’est aussi une forme d’optatif, de subjonctif, signifiant «qu’il vive, qu’il existe !». En kabyle, on a l’habitude d’adjoindre à l’aoriste la particule ad : ad yidir (qu’il vive !), mais dans les autres dialectes, comme le targui ou le chaoui, cette particule est omise.

En Kabylie, on connaît deux autres prénoms masculins issus du verbe edder : Tudert, qui signifie littéralement «vie» et Outoudert, qu’il faut décomposer en ou, de aw (fils) et tudert (vie), autrement dit «fils de la vie». Un prénom composé connu est Mohand-Ouidir, à décomposer Mohand Ou Yidir, c’est-à-dire «Mohammed qui vit», Mohand étant la forme berbère du prénom du Prophète.

Autrefois, les femmes qui avaient le malheur de perdre leurs enfants en bas âge donnaient ce prénom, notamment celui de Toudert : c’était une sorte de protection pour le nouveau-né, mais aussi une sorte de revanche sur la mort à laquelle on opposait son contraire, la vie !

Le prénom de Idir (en fait Yidir) que nous avons traité, est attesté dès l’Antiquité. .En effet, on le retrouve sur les stèles funéraires de l’Antiquité sous la forme YDR, l’alphabet libyque (ou alphabet berbère ancien) ne transcrivant pas les voyelles. On peut supposer que ce nom se lisait Yader ou peut-être même Yidir, comme le prénom moderne et devait signifier, comme celui-ci «qu’il vive, qu’il ait une longue vie».

***--Un autre prénom de l’Antiquité est Adherbal, cité par les auteurs latins parce qu’il a été porté par l’un des cousins de Jugurtha. Adherbal étant la transcription latine du nom, celui-ci devait se prononcer : Yaderbal et devait être lu yader Baal : «que vive (le dieu) Baal» ou alors «il vivait (par) Baal». Baal est la divinité phénicienne bien connue dont le culte a été introduit par les Carthaginois au Maghreb et que les Berbères devaient aussi honorer. Ce prénom s’est perpétué de nos jours dans certaines régions d’Algérie, sous la forme Derbal.

Le prénom Yidir est encore attesté au Moyen-Age, dans les écrits des auteurs musulmans qui l’ont transcrit, en caractères arabes, sous diverses formes, qui sont, en fait, des prénoms différents : Yedder (il a vécu) sans doute, avec le sens de «il a vécu, il a survécu (au malheur, à la maladie)», Tamader, sans doute le même que le moderne Tuddert «vie, longue vie», Amadur «vivant», etc.
mbibany
 
Messages: 695
Inscription: Jeu Mai 26, 2005 08:37

Retourner vers Noms ET Prenoms

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron