AIT AHMED (FFS) a EL WATAN

FFS, MCB, RCD, MAK, Archs, etc ...

Modérateur: amusniw

AIT AHMED (FFS) a EL WATAN

Messagede M.B » Mar Sep 27, 2005 08:47

AIT AHMED (le chef du FFS) a EL WATAN

Comment appréciez-vous les pourparlers entre le gouvernement et les représentants des archs ?

Un chacal qui s’amuse à négocier avec sa queue est une comédie d’Alcôve qui n’amuse pas les Algériennes et les Algériens.

Le traité d’amitié entre l’Algérie et la France semble marquer le pas. La reconnaissance par la France des crimes coloniaux est-elle un préalable à une relation apaisée ?

On ne peut que se féliciter que le mot « amitié » soit enfin associé aux relations entre nos deux pays. Même si l’amitié entre les peuples algérien et français n’a pas attendu pour exister d’être confondue avec un traité signé par deux gouvernements ayant chacun leurs intérêts, leurs arrière-pensées et leurs objectifs propres. Est-il besoin de répéter que la tristement célèbre loi française du 23 février, qui reconnaît les « bienfaits de la colonisation », réussit l’exploit d’être à la fois scandaleuse et stupide. Scandaleuse car elle est une insulte pour les souffrances endurées par les Algériens pendant 130 ans de colonisation et sept ans d’une terrible guerre de Libération. Stupide, car elle revient à désavouer la formidable dynamique anticoloniale qui a permis à de nombreux peuples en Afrique, en Asie et ailleurs de recouvrer leur souveraineté. Mais l’instrumentalisation démagogique d’un nationalisme archaïque et revanchard de cette loi par le pouvoir n’est pas moins détestable. Comment faire crédit à Bouteflika et ne pas voir dans la surenchère de sa campagne une instrumentalisation du martyre qu’ont vécu les Algériens pour arracher leur libération ? Comment croire à la sincérité de sa surenchère sur le « devoir de vérité et de mémoire » - devoir je le répète légitime sous tous les cieux - quand, dans le même temps, il exige des Algériens qu’ils tirent une fois pour toutes à partir du 30 septembre un trait sur 200 000 morts, 15 000 à 20 000 disparus et un million ou plus de déplacés ? Cela montre que ce tour de passe-passe n’est qu’une indigne usurpation des souffrances de notre peuple, surtout quand on sait que le pouvoir n’est pas en reste de révisionnisme et de relecture de notre histoire. Tout se passe comme si le pouvoir n’exigeait aujourd’hui de la France une repentance - par ailleurs, je le répète, légitime - que pour mieux contraindre les responsables français à continuer à observer un silence assourdissant sur la situation de notre pays et à cautionner la dérive totalitaire qui est en marche. Bouteflika bombe en fait le torse pour arracher une repentance à Chirac, qu’il présentera comme un haut fait d’armes pour mieux faire oublier que le pouvoir, comme lui-même, ont toujours considéré que la vraie légitimation s’obtenait à Paris et, depuis quelque temps, à Washington également.

Une question personnelle. Vous n’envisagez toujours pas de retourner en Algérie ? Le feriez-vous un jour ?

La rayba fihi...

source: Elwatan du 27/09/2005
propos recueillis par: Bouzeghrane Nadjia et Rémi Yacine
M.B
 

Suite

Messagede Invité » Mar Sep 27, 2005 08:56

Quelle est la place des islamistes dans cette perspective ?

Je voudrais d’abord remarquer que ce n’est pas par des conciliabules secrets et dans les coulisses de je ne sais quelle officine qu’on réglera ce problème fondamental. C’est exactement ce qui s’est passé jusqu’à maintenant. C’est ce qui fait qu’on voit intégrer des chefs terroristes de tous bords au partage de la rente en échange de leur collaboration. Cela n’amènera ni à la réconciliation ni à une paix durables. Cela aggravera au contraire la confusion et, plus grave encore, les haines et les ressentiments. Je ne crois pas que ce soit faire insulte à un courant socialement présent dans notre société que de dire que les dirigeants de l’islamisme politique ont souvent été le faire-valoir et le prétexte permanent du régime pour s’opposer à toute évolution démocratique.

Nombre de ces dirigeants se sont disqualifiés, et le nier reviendrait simplement à se voiler la face. La société algérienne est beaucoup plus sécularisée qu’on ne le croit en dépit du monopole que le système s’est octroyé en matière de religion ou qui a provoqué les dérives archaïques et violentes. Cela étant, qu’on ne compte pas sur moi pour criminaliser ou bannir un pan entier de notre société qu’il s’agit, au contraire, d’intégrer au jeu politique. Nous avons payé trop cher les manipulations délibérées et le refus de prendre en compte cette réalité. 200 000 morts nous en rappellent le prix. Mais soyons clair : cette intégration doit se faire dans le respect de règles clairement définies et auxquelles on ne saurait tolérer aucun manquement sous quelque prétexte que ce soit. Il va aussi sans dire que l’extrême misère, l’exclusion, la détresse et l’abandon dans lesquelles vit une grande partie des Algériens ne peuvent que faire le lit des extrémismes. Il faut donc se préoccuper en priorité et en urgence du devenir de ces hommes et de ces femmes et leur permettre de vivre dans la dignité. Retarder l’instauration de l’Etat de droit, le rétablissement des libertés et la lutte contre la pauvreté conduira à l’extrémisme dans sa version la plus radicale. Aussi, je reste convaincu que la seule véritable réconciliation serait celle qui résorberait l’intolérable fracture séparant une classe de nantis qui dispose de tous les pouvoirs, de toutes les richesses et tous les privilèges, et une population abandonnée à son sort, sans aucun droit, et qui crève de précarité et de misère.
Invité
 


Retourner vers Partis Politiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron